Mise à jour Avril 2022
Qui sommes nous ?

L'association est membre de la fédération départementale La Sauvegarde de l'Anjou et aussi du Comité Loire Vivante au niveau du bassin. Son action s'inscrit, au niveau national, en cohérence avec celle du comité Loire Vivante avec une spécialisation particulière pour tout ce qui est en rapport avec la région angevine. Son action consiste, entre autre, à suivre tous les dossiers locaux, à en faire l'analyse, à formuler critiques et propositions. Elle peut être amenée à soutenir tout projet qui lui semble positif, quel qu'en soit l'origine, et aussi à s'opposer à tout projet susceptible de porter préjudice à une Loire vivante . Elle est agréée, au titre de l'environnement, par arrété préfectoral.
Soucieuse d'information et de pédagogie, elle publie une Lettre d'information très largement diffusée. De nombreux articles de cette lettre sont accessibles, en lecture directe, sur ce site ou, sur simple demande, lorsqu'ils sont archivés. Les numéros sont chargeables au format p.d.f.

Pour en savoir plus sur l'association (statuts, conseil d'administration, etc.) c'est ici

Cotes et débits de la Loire à Saumur, aux Ponts-de-Cé, à Montjean-sur-Loire

Le lit mineur de la Loire est un espace naturel !

Gestion des digues de protection

Loire fleuve tropical

Ete 2011 - bis repetita

2019 Secheresses et etiages

Trente ans, deja

Surveillance de la Grande levée d'Authion

Comité de l'eau

Les frênes menacés par la chalarose

Stratégie locale de gestion du risque d'inondation

2016, la crue printanière du siècle

Eau douce apportée par la Loire en été

Enseignements concertation rééquilibrage

Concertation rééquilibrage du lit de la Loire

Rééquilibrage du lit de la Loire (1)

Rééquilibrage du lit de la Loire (2)

Rééquibrage du lit de la Loire (3)

Bilan remodelage des épis

Remodelage des épis

Ce qui devait arriver au Loire Princesse...arriva

Croisière fluviale sur la Loire (suite)

Projet de croisière fluviale sur la Loire

La reconquête du lit de la Loire

De l'intérêt des PPRi

Etude de dangers des digues et levées

Mousses et écume de Loire

L'ensablement du bras de Ste Gemmes-sur-Loire

Gérer les sites classés

Vivre avec l'inondation

Les sites classés de la Loire angevine

Les retenues collinaires

Le sujet de la gestion de l'eau implique beaucoup de questionnements et cette question devient prégnante avec le changement climatique, en fonction des régions. Qui dit réchauffement dit plus d'eau dans l'air, donc moins d'eau dans les sols, dans les nappes, dans les sources et dans les cours d'eau. Pour le futur, il est à prévoir une accentuation rapide des sécheresses avec une augmentation des différences d’intensité entre périodes sèches et humides, notamment en hiver et début de printemps sur une large moitié sud et en été dans les zones de montagne. Le réchauffement climatique inquiète donc, notamment dans l'Ouest de la France, où le régime des pluies était habituellement généreux. A l'heure où plus personne ne pense sérieusement à construire en France de grands barrages (fort heureusement), d'autres techniques de rétentions artificielles se développent.

Depuis quelques mois, ainsi en Poitou -Charentes, des “méga-bassines” sont l'objet de vives tensions. En novembre, dans les Deux-Sèvres, des heurts ont éclaté entre agriculteurs et manifestants, paysans et/ou naturalistes, autour d'un projet de construction de "méga-bassines". Leurs défenseurs les jugent utiles à l'irrigation des terres; leurs détracteurs, eux, y voient une accaparation de l'eau… Lors des conclusions du “Varenne agricole de l’eau”, début février, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé une série de mesures pour faciliter la création de réservoirs ainsi qu’une enveloppe de 100 millions d’euros.

Créer une bassine consiste à creuser artificiellement dans le sol des trous, d’une taille pouvant aller de quelques hectares à plusieurs dizaines d’hectares, et à les remplir en pompant l’eau dans les nappes souterraines ou dans les rivières. Plusieurs dizaines de ces bassines, de 5 à 15 hectares, risquent d'être érigées dans les 3 prochaines années dans la région Poitou- Charentes. Parmi les lieux envisagés pour leur installation : le Marais Poitevin, deuxième plus grande zone humide de France. Ces ouvrages sont financés, soit par les agriculteurs eux-mêmes, soit par la puissance publique. Il faut d'ailleurs distinguer ces bassines des retenues collinaires, ouvrages de stockage de l'eau qui sont remplis par les eaux de surface de ruissellement.

(suite)

Les documents cités ci-dessous ont été retirés de ce web, mais vous pouvez en demander un exemplaire par courriel

Hydrosédimentologie aux Ponts-de-Cé

Reconquête morphologique du lit de la Loire

Etrange créature en Loire, la Pectinatella

Les seuils du Fresne

"Essai sur la Loire navigable" d'Amédée d'Andigné - Suivi de "Réflexion après lecture" (juillet 1998)

Il est possible d'accéder à la totalité du texte de nos lettres d'information, au format pdf , pour les numéros ci-après.


Comment nous contacter :

* par lettre : 14 rue Lionnaise 49100 ANGERS
* par courriel


Quelques liens sur le web